Déportation 2004

La troupe Namasté sur le devant de la scène

Les jeunes acteurs de la troupe eschoise se sont vus attribuer le prix du Mémorial de la déportation. Avec Resistenz et Getto, les jeunes de Namasté ont véritablement touché les membres du conseil dadministration du Mémorial de la déportation. Getto et Resistenz, les deux pièces jouées ces dernières années par la troupe de théâtre Namasté du Lycée Hubert-Clément dEsch-sur-Alzette avaient remporté un vrai succès populaire. Surtout la seconde nommée qui sera représentée lannée prochaine à Esch mais aussi au Grand Théâtre de Luxembourg. Hier, les jeunes interprètes étaient récompensés par le Mémorial de la déportation.

Namasté récompensé pour Resistenz

Pour la seconde fois, le Mémorial de la déportation remettait son prix à une ASBL ayant uvré pour la sauvegarde du souvenir. Cette année, cest la troupe de théâtre Namasté dEsch qui a été récompensée. Attribué tous les deux ans, le prix du Mémorial de la déportation doté de 1 000 euros – a été décerné cette année à la troupe de théâtre Namasté du Lycée Hubert-CIément dEsch-sur-Alzette. Le Quotidiena rencontré son directeur Alex Reuter, professeur de langue au Lycée Hubert-Clément.

Le Quotidien : Comment est née la troupe Namasté?

Alex Reuter : Il y a 27 ans je suis venu comme stagiaire au Lycée Hubert-Clément et cest là que jai découvert limportance du jeu de rôles avec les élèves. Ainsi voyant que cette activité semblait très bénéfique pour les jeunes, jai commencé à développer ces jeux dans le lycée. Limprovisation permet véritablement à ces jeunes de progresser. Nous avons aussi différentes techniques afin de fixer ces improvisations. Au début nous ne jouions que de petites pièces, aujourdhui nous avons scindé Namasté en plusieurs groupes.

Combien êtes-vous aujourdhui au sein de Namasté?

Nous comptons en tout et pour tout une bonne centaine de membres. Mais là, nous ne sommes venus quà 25. Pour trois dentre eux cette petite représentation était dailleurs la première. Il faut savoir aussi que nos jeunes ne sont pas seulement issus du Lycée Hubert-Clément mais de cinq ou six établissements différents. Pour Resistenz (NDLR ; la pièce qui a révélé Namasté au grand public et pour laquelle la troupe était récompensée hier) nous avons aussi travaillé avec des adultes, mais uniquement dans des seconds rôles.

Justement, Namasté a joué Resistenz mais aussi Getto, deux pièces traitant de loppression nazie pendant la Seconde Guerre mondiale. Est-ce une exclusivité de jouer ce type de pièces pour Namasté?

Non pas du tout. Nous jouons aussi dautres pièces historiques et même des pièces normales. Mais il est vrai que jattache beaucoup dimportance à loppression, plus quà la Seconde Guerre mondiale elle-même. Il ne sagit pas seulement de travailler sur le thème du souvenir, mais bel et bien dinculquer des valeurs à ces jeunes gens et notamment le respect des droits de l’homme.

Y a t-il de nouvelles représentations de Resistenz de prévues dans un avenir proche?

Oui, en effet, cest déjà prévu. La pièce a connu un tel succès que lon est venu nous trouver pour que nous remontions sur les planches avec Resistenz . Dailleurs vous pouvez donner les dates. Nous serons les 15 et 16 avril 2005 au Théâtre municipal dEsch-sur-Alzette et également les 17, 18, 19 novembre 2005 au Grand Théâtre de Luxembourg. En trois jours nous donnerons six représentations puisque la troupe se produira sur scène également les matins à lattention des élèves.

Recueilli par Patrick Théry

 

Le Quotidien (19.10.2004)

Que d’émotions

François Biltgen qui avait fait le déplacement jusquau Mémorial de la déportation hier soir est apparu très ému au moment de prendre la parole à lissue de la prestation de la troupe Namasté. Le ministre de la Culture est en effet revenu sur loppression vécue par ses aïeuls lors de la seconde Guerre mondiale. Des souvenirs enfouis depuis sa tendre enfance qui sont tout à coup revenus à la faveur, il est vrai, dune interprétation très poignante de la jeune troupe de théâtre. Un ministre dans une position bien singulière qui aura tout juste pu retenir ses larmes et qui aura surtout particulièrement touché lassistance et notamment Guy de Muyser, président du Mémorial.

 

Tageblatt (19.10.2004)

Namasté asbl. erhält Prix du mémorial de la déportation

Schmetterlinge im Wind

Alex Reuter und sein junges Team wurden mit dem Prix du mémorial de la déportation ausgezeichnet Fränk Hary Die Auseinandersetzung mit der Geschichte findet auf vielen Ebenen statt. Die Jugendtheatergruppe Namaste asbl. nutzt dazu das Theater als Plattform. Und heimst dafür gleich reihenweise Preise ein. Esch/Alzette/Hollerich – 1991 wurde aus der Theatergruppe Namasté* des Escher Lycée Hubert-Clément die unabhängige Theatergruppe gleichen Namens, die seitdem nicht nur den jungen Menschen des LHCE offen steht. Das Engagement und die Zielsetzung sind über die Jahre hinaus die gleichen geblieben. Theater als real-fiktive Welt zwischen Pädagogik und Emotionen. Dabei schreckt das Team um Alex Reuter keineswegs vor schweren Aufgaben zurück. Theater als künstlerische Form der Auseinandersetzung mit der Geschichte, dass sie diese Gratwanderung traumwandlerisch sicher beherrscht, hat Namastedes Öfteren bewiesen. Getto und Resistenz Zwei ihrer Produktionen, nämlich Getto – Doch einen Schmetterling hab ich hier nicht gesehen (1999) und Resistenz -Ass Wourecht dat, wat bleift (2002) wurden nun vom gleichnamigen Komitee mit dem Prix du mémorail de la déportation ausgezeichnet, der den Verantwortlichen der Truppe gestern Abend im geschichtsträchtigen Hollerich Bahnhof, heute Mémorial de la déportation, überreicht wurden. Getto -Doch einen Schmetterling hab ich hier nicht gesehen behandelt das Thema Warschauer Getto aus der Sicht zweier Erwachsener und mehrerer Kinder, die inmitten eines vier Quadratkilometer kleinen huis clos von Hunger, Krankheit und täglichem Sterben vergeblich nach dem Schmetterling des Lebens suchen. Resistenz- Ass Wourecht dat, wat bleift? ist ein Mosaik von Momentaufnahmen aus den Jahren 1933 bis 1946 in Luxemburg.

-> * Namaste: Grußwort aus dem Indisch-Nepalesischen, das so viel bedeutet wie Ich wünsche dir, dass du in Körper und Geist gedeihen mögest.

 

La Voix (19.10.2004)

Namasté: les souffrances vues de la scène

La troupe de théâtre Namasté du Lycée Hubert-Clément d’Esch-sur-Alzette a reçu, hier à Hollerich, le Prix du mémorial de la déportation pour les créations «Getto-Doch einen Schmetterling hab’ ich hier nicht gesehen» et «Resistenz-Ass Wourecht dat, wat bleift?», en présence du ministre de la Culture, François Biltgen. La troupe Namasté a reçu un chèque de 1.000 euros en reconnaissancc de son engagement pour le souvenir de la Seconde Guerre mondiale Qui oserait affirmer que les jeunes gens se désintéressent de lHistoire? Certainement pas les jeunes de Namasté. La troupe de théâtre du lycée Hubert-Clément à Esch-sur-Alzette a reçu, hier à Hollerich, le Prix du mémorial de la déportation en reconnaissance de leur engagement pour le souvenir de la Seconde Guerre mondiale. Ce sont en particulier les deux créations «Getto-Doch einen Schmetterling hab ich hier nicht gesehen» et «Resistenz-Ass Wourecht dat, wat bleift?» qui ont séduit le jury du conseil dadministration du Mémorial de la déportation. «Il sagit dune formidable initiative qui montre que les jeunes gens ne se désintéressent pas de lhistoire et quils nont pas peur de sengager», sest enthousiasmé Guy de Muyser, président du conseil dadministration du Mémorial de la déportation, avant de laisser la place aux vingt-cinq comédiens présents pour linterprétation dun texte basé sur la pièce à succès «Resistenz-Ass Wourecht dat, wat bleift?»

Des textes sur loppression

Il a fallu un an de répétitions pour mettre au point ce patchwork de textes déclamés sur un ton grave, mais juste. , «Ce sont des pièces sur loppression», précise Alex Reuter, directeur de la troupe Namasté. «Ce nest pas seulement un travail sur le souvenir – même si ce point est important – mais aussi sur les droits de lHomme en général.» Le travail dinterprétation des comédiens sest basé sur des mises en situation réelle durant les répétitions. «Nous avons aussi visité un camp de concentration, écouté des témoignages, lu des textes de poètes, et nous avons beaucoup utilisé limprovisation pour que les jeunes jouent la scène comme ils la ressentent», a-t-il expliqué. Leffet sur les spectateurs est bouleversant, en témoigne les réactions de laudience à lissue de la représentation.

«Resistenz» à nouveau programmé en 2005

La troupe de théâtre Namasté est née il y a 27 ans. Elle compte aujourdhui cent jeunes de la 6e à la 2e année détudes secondaires répartis en trois groupes. En les initiant à la période du nazisme, le directeur a voulu faire en sorte «quils revivent et respectent ce que ces gens ont vécu il y a 60 ans». «Je souhaite que ceux qui ont vécu cette période de lhistoire sachent que les jeunes comprennent ce quils ont traversé», dit-il. «Resistenz-Ass Wourecht dat, wat bleift?» a été jouée dans onze pays différents durant une dizaine dannées. Forte de ce succès et dans le cadre du 60e anniversaire de la Libération, des représentations ont été programmées en 2005, les 15 et 16 avril au Théâtre municipal dEsch-sur-Alzette, et les 17, 18 et 19 novembre au Grand Théâtre de Luxembourg.

Marion Bur

Leave a Reply

Your email address will not be published.